A bicyclette

Alors que je pratique plus le cyclisme dans les hauts, j’ai retrouvé la semaine dernière les joies du vélo au bord de mer et plus particulièrement du côté de Saint-Leu.

Une sortie vélo des plus classiques. Etang-Salé Saint-Leu.

Le Conseil Général a bien rénové cette route du littoral, délestée de ses nombreuses voitures qui empruntent maintenant la route des Tamarins, en traçant de chaque côté de la voie une piste cyclable d’un bon mètre de large matérialisée en jaune. Cette piste est un paradis pour les cyclistes, certes pas toujours balayée mais en règle générale cette partie est assez confortable et peu propice aux crevaisons.

Cette piste est très fréquentée, on y retrouve des promeneurs à vélo mais aussi des champions, en général en groupe, qui vous doublent à une vitesse « supersonique ». J’essaie bien de m’accrocher quelques fois à ceux qui ne vont pas trop vite, mais les jambes et le palpitant ont vite fait de me rappeler à l’ordre : « Tu n’as plus vingt ans, les quarante kilomètres/heure, ce n’est pas pour toi ». Et pourtant certaines fois on se croit le Robic, le coureur du Tour de France tellement le trajet Etang-Salé Saint-Leu a été vite avalé, « Je suis déjà arrivé à la Pointe au sel, et ben aujourd’hui j’ai la forme ». C’est que peut-être dame nature a aidé en soufflant bien comme il faut dans le dos, mais attention, elle se charge au retour de rappeler qu’on n’est qu’un modeste cycliste, obligé de jouer avec le dérailleur et les plateaux pour affronter les alizés de face.

En partant de l’Etang-Salé, on suit la route des Tamarins jusqu’à la ravine Mulla. A partir de là commence la portion de route avec vue sur la mer. Le bon sens et la sécurité commandent de bien regarder la route devant soi et de faire attention aux véhicules et aux piétons mais on ne peut s’empêcher de jeter un œil sur l’océan, les vagues, la houle, les plages de sable noir, les petits bateaux de pêche et qui sait une baleine du moins en hiver… Si vous y allez en promeneur, il n’est pas interdit de lâcher la machine et de s’arrêter sur la plage de Saint-Leu admirer les pêcheurs à la gaulette, et de l’autre côté de la barrière de corail les bateaux de plongée… Sur le chemin du retour un arrêt s’impose au souffleur, cette fantastique pompe naturelle qui projette de violents jets d’embruns dans les airs. A la retombée de l’eau, s’il fait soleil et si vous êtes bien placés, la réfraction et la réflexion des rayons solaires vous permettront d’admirer de petits arcs-en-ciel très éphémères.

Un trajet pour faire aimer le vélo à tout le monde.

A voir bientôt un tour de l'île en bicyclette.

Au fait: à bicyclette ou en bicyclette

Posts à l'affiche
Posts Récents
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square