Baboul ou graine bourrique.

En visite dans le parc du Jardin d’Eden, j’ai découvert sur le sol un gros fruit qui m’était inconnu, une espèce de grosse pomme dure de 15 à 20 cm de diamètre : le baboul, ou graine bourrique ou pomme d’éléphant, de son nom scientifique Dillenia indica.

Le baboul est originaire de l’Inde et du Sri Lanka. Il fut ensuite introduit dans les régions tropicales et arriva à La Réunion en 1864 en provenance du Mozambique. Aujourd’hui, il reste quelques spécimens à Sainte-Suzanne. Le pommier-éléphant est également présent au Jardin de l'État à Saint-Denis et dans quelques jardins créoles où il est cultivé.

C’est un arbre qui peut atteindre quinze mètres de haut. Le Baboul possède de longues feuilles persistantes très nervurées. Ses fleurs blanches, paraît-il très belles* (photo 2 wikipédia), sont de durée éphémère un ou deux jours. Le fruit est comestible. La pulpe du fruit peut être consommée crue, en gelée ou en compote. On la prépare aussi en carry avec du piment. La pulpe est souvent mélangée avec la noix de coco et des épices pour faire des chutneys.

Aux Indes et en Afrique ce fruit est très apprécié des éléphants et des singes.

Les vertus médicinales du baboul en Polynésie.

La pomme-éléphant est utilisée en pharmacopée traditionnelle depuis fort longtemps. Le jus de fruits mûrs soigne la toux, combat la fatigue, élimine la flatulence et augmente la quantité de sperme. Un cataplasme de pâte à base de jeunes feuilles est utilisé pour soigner les entorses. La pulpe de fruit est utilisée pour laver les cheveux. Le jus de feuilles est appliqué sur le cuir chevelu pour supprimer les pellicules et prévenir la calvitie.

Tahiti Heritage - Encyclopédie collaborative du patrimoine ...
Posts à l'affiche
Posts Récents
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square