Moulin Kader

Le vieux bâtiment rencontré au cours de cette boucle n’est pas le moulin Kader. C’est l’ancienne station de pompage qui amenait l’eau du canal Bruniquel, rencontré un peu plus tôt, au moulin qui a disparu en 1948 avec le passage d’un cyclone. Les moulins Kader écrasaient les feuilles de choka pour fabriquer des cordages à partir des fibres végétales. On en comptait une vingtaine à La Réunion.

Changement d’époque. Dès la fin du XIX siècle, on cultivait le choka vert pour la confection de tresses. A l’Entre Deux, on fabriquait des savates choka. Pendant la guerre, certaines femmes auraient porté des soutiens gorges en fibres de Kader. Aujourd’hui, le choka vert est considéré comme une peste végétale.

"Le choca vert, appelé également cadère, est une espèce florale de la famille des Agaves que l'on trouve au Mexique et dans les îles du sud-ouest de l'océan Indien. La floraison est suivie  par un bourgeonnement de plusieurs centaines de "boutures" réparties sur la tige. Chacune est en fait un nouveau choca miniature, prêt à s'enraciner si le sol le permet. Ce système confère ainsi au choca un potentiel reproducteur  supérieur aux autres agaves (dont les graines ont un faible potentiel germinatif), ce qui lui permet d'être une plante envahissante en certains endroits." D'après Wikipedia 

A noter l’excellent travail de l’association qui entretient et aménage le sentier.

Je ne résiste pas à vous joindre en PDF la   « feuille de route »    de l’USEP           qui fait toujours un bon boulot dans ce

département pour l’épanouissement de l’enfant à travers le sport à l’école.

Sentier parcouru le 21 juillet 2019, l'entretien ne semble plus assuré régulièrement. Le sentier n'apparaît plus sur le site Randopitons.