Une journée à Cilaos

Cilaos et la vigne.

La vigne est arrivée à La Réunion avec les bateaux des premiers colons, de même que le blé en 1665, et certains fondateurs des comptoirs de l’Océan Indien affirmaient alors : « Le blé produit de bons épis bien fournis et la vigne de très bons raisins dont on fait du vin.»

La viticulture finit par gagner les Hauts au milieu du XIXe siècle à la faveur de leur peuplement par les petits Blancs.

L'attaque de phylloxéra qui frappa le vignoble métropolitain en 1868 amena les autorités locales à interdire l'introduction sur place des cépages nobles, sensibles à la maladie. Aussi, le vin de Cilaos n'a longtemps été qu'un apéritif fabriqué artisanalement à partir d'un cépage médiocre introduit dans la commune vers 1860 et jamais remplacé par la suite, l'isabelle. Vendu en bord des routes ou dans les petites épiceries, il avait la réputation de rendre fou.

En 1975, ce cépage fut finalement interdit et le CIRAD prit l'initiative d'une introduction de meilleurs cépages. Bientôt, le vin de Cilaos gagna en qualité en évoquant de moins en moins le sherry ou le porto.

La coopérative du Chai de Cilaos fut créée en 1992, date de la plantation des premiers cépages nobles dans le cirque. La première vendange fut celle du chenin en 1996. On en tirait alors un vin blanc sec ou moelleux. Le premier vin rouge produit à Cilaos ne le fut qu'en 1998 à partir d'un mélange de pinot noir et de malbec. Wikipedia

Stéphane Fontaine, artiste en vélo, sur Youtube