A voir, à faire, à connaître....

La Grande Ravine​, une histoire de ponts...

Commune de Trois Bassins

Aujourd’hui, le pont de la Grande Ravine, c’est ce fantastique viaduc acier-béton de 288 m de long et de 20m de large sur la route des Tamarins.

 

Il fallait franchir cette vallée encaissée profonde de 170 m de haut, sans pilier de maintien, sur une hauteur la plus fine possible, 4 m de haut, pour ne pas perturber les colonies de Puffin de Baillon et de Pétrels de Barau, menacés de disparition …

 « Les remparts de la Grande Ravine, peu accessibles, sont aujourd'hui le refuge des dernières reliques de végétation indigène, devenues très rares à l'échelle de l'île. En effet, les diverses pressions telles le défrichement lié aux activités agricoles ou le développement d’espèces exotiques (non-originaires de La Réunion) envahissantes ont conduit à la quasi disparition de la forêt semi-sèche dans la partie ouest de l'île. » Conservatoire du Littoral.

Les travaux, qui ont débuté en 2006, se sont terminés en décembre 2008 avec la jonction des deux tabliers métalliques partant de chaque côté de la ravine. Les radiers, constitués de 24 tronçons de 8 à 14 m de long ont été fabriqués à Lauterbourg dans l’usine Eiffel, ça ne s’invente pas. C’est l’un des ouvrages d’arts les plus exceptionnels de la Route des Tamarins.

Sur le site Le moniteur

«Une lame dans le paysage, supportée par deux doigts». Alain Spielmann, l’architecte du viaduc.

Au XIXème siècle, c’était le pont de Chemin de Fer de La Réunion.

« C'est sur la Grande Ravine qu'était autrefois un pont à deux étages, un pour le chemin de fer l'autre pour les voitures, on détruisit le premier étage pour élargir le pont. » commune de Trois Bassins.

Des photos d'archives sur le site ihoi.org re

Rechercher: Pont de la Grande Ravine Trois Bassins

 

« Le viaduc de pierre de  la Grande Ravine (142 m de long des arches de 18 m en pierre pays)  Ce viaduc, dont la hauteur atteint 40 mètres, a été construit en moellons de basalte caverneux, avec de la chaux hydraulique du Teil et de la chaux de l'île, obtenue par la torréfaction des coraux et madrépores. Les voûtes n'ont qu’un mètre d'épaisseur à la clé. »  Patrick Hoarau.

Avec la lithographie de Roussin de 1881 , on découvre l’immense pont de pierre sur lequel passait le minuscule ti-train à vapeur. (Dernière photo)