A voir, à faire, à connaître....

La Villa Rivière

Une villa de notable de la fin du XVIIIème siècle.

Difficile d’imaginer que la bien nommée rue du commerce de Saint-Paul abrite un havre de paix et un petit bijou d’architecture créole. Bien cachée derrière un grand mur blanc, la Villa Rivière mérite qu’on pousse sa porte. Réunionnature.com

La rue du commerce avec la Villa Rivière qui touche un immeuble en béton du xx ème siècle et une vieille case créole en face au carrefour.

 

En 2007, Marin Rivière et son épouse achètent la villa du docteur Desvigne située 34 rue du commerce à Saint-Paul. Tout de suite, les nouveaux propriétaires s’entourent des meilleurs ouvriers de l’île pour restaurer la villa avec les matériaux adéquats identiques à ceux de l’époque de la construction. Toujours à la recherche de vaisselle, de meubles et d’objets décoratifs dans les différentes salles des ventes, ils ont reconstitué une villa de notable réunionnais au temps de la Compagnie des Indes avec entre autres de la vaisselle à l’effigie de Mahé de Labourdonnais et Desforges Boucher, un papier peint panoramique du XVIIIème  remis au goût du jour par la société Zuber…

"Villa créole typique construite à la fin du XVIIIe siècle, de style néoclassique, en pierre de basalte et bois, elle est bâtie sur un plan barlong comprenant un corps de bâtiment en pierre et une façade en bois, avec varangue et pilastres. Sur deux niveaux la villa réunit tous les canons de la composition classique et présente une authenticité architecturale rare : distribution intérieure, aménagement, corniches à denticules, varangues avec garde-corps à balustre chantournées, piliers pyramidaux massifs, dallage de marbre à cabochons, murs en bardeaux, fronton à motifs géométriques, parquets en bois endémiques ou rares… Comme de coutume, la cuisine d’origine est située à l’extérieur de la Villa avec les dépendances". Wikipedia

"Un jardin d’une exceptionnelle biodiversité.

Constitué de deux parties, le jardin est inscrit au titre des monuments historiques.

Un portail, nommé le «baro», dont la hauteur reflétait le statut de la maison, le sépare de la rue. Une allée centrale généralement bordée de palmiers délimite des parterres symétriques. À défaut de buis, ce sont des bambous nains qui marquent les allées.

Le jardin utilitaire, réservé à l’intimité de la famille, se situe derrière le bâtiment, séparant la cuisine de la maison, pour écarter les risques d’incendie. Le maximum d’essences préexistantes y a été conservé, telle cannelier, le caféier «Bourbon pointu» qui donne un café haut de gamme, très réputé auprès des gourmets japonais. On y trouve aussi des poivriers, des vétivers, des quatre-épices, un géranium blanc et enfin un kapokier (Ceiba pentandra), remarquable par sa hauteur." revue Demeure historique

Un peu d’histoire.

En juin 1638, les vaisseaux Le Saint-Alexis et La Marguerite, jettent l’ancre dans la baie qu’ils baptisent du nom du saint du jour : Saint Paul.

En mai 1676, un certain François Rivière, ancêtre de Marin Rivière, arrive sur le Saint-Robert et débarque à Saint-Paul «  la baie du meilleur ancrage » alors que l’île ne compte que deux cents habitants.

En 1795, l’ancien membre de la garde royale de Louis XVI, Monsieur de Ricquebourg, fait construire la villa saint-pauloise.

En 1990, la maison, le jardin et les dépendances sont classés au répertoire des Monuments Historiques.

En 2008, elle est ouverte au public.

« En 2014 La Villa Rivière a créé le Prix de la Villa Rivière qui récompense un artiste dont l'oeuvre est en relation directe avec le patrimoine matériel ou immatériel de l'île de La Réunion. » Villa Rivière

Demeure historique n°207  fichier pdf

 

 

Le jardin et les dépendances de la villa